Candice, 18 ans, hypersensible. (Mais sinon ça va)

gif

J’ai besoin d’écrire. Alors j’écris.

Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie différente. Pas meilleure, pas moins bien (quoi que le syndrome d’infériorité j’ai donné aussi), juste pas comme les autres. Dans ma façon de réagir, de gérer les situations, dans ce que je ressentais, j’avais juste l’impression qu’il y avait un truc qui beuguait chez moi. Et il y a peu j’ai réussi à mettre un mot sur mes maux : l’hypersensibilité.

Je ressens tout, X1000. Je m’attache X1000. Je suis heureuse X1000, et triste X1000. Je vis dans les extrêmes. Il suffit d’un tout p’tit rien pour me faire basculer d’une joie intense à une tristesse profonde. Un jour on m’a volé mon sac, j’ai mis des semaines à m’en remettre juste parce qu’il contenait la seule et unique photo qui me restait d’un être cher. On me fait une réflexion, je ne penserais plus qu’à ça pour le restant de la journée. Les films me font souvent pleurer, les livres aussi et même la téléréalité (enfin ça n’est arrivé qu’une fois ne me jugez pas !!). J’ai aussi eu les larmes aux yeux en lisant un article annonçant que Jean Paul Gaulthier arrêtait le PAP, oui oui. J’ai pleuré quand Grégory Lemarchal est mort aussi et beaucoup. On passera tout le reste ;) Ok, mon hypersensibilité se manifeste très très souvent par des pleurs, à chaque situation émouvante, stressante ou même trop joyeuse, les larmes me montent. Je n’arrive pas à contenir toutes ces émotions. C’est à chaque fois pareil. Comme si une vague de sentiments me submergeait. Je sens tout ça monter en moi, mes joues chauffent, les plaques rouges apparaissent, et là tout explose. C’est juste trop pour moi. TROP. Je n’arrive pas à mettre de filtre entre mes émotions et moi, je me prends juste tout en plein face.

Bon y’a aussi que je ne supporte pas les fins, l’échec et surtout les conflits. Quand quelque chose change dans ma vie, j’ai l’impression de tout perdre. Encore une fois ça prend toute la place, ça prend d’énormes proportions et me paralyse au passage. Quand quelque chose s’arrête, je n’arrive pas à me dire que c’est le début d’une nouvelle aventure. Je reste en boucle et je ne cesse de ressasser ça dans ma tête. Parce que j’ai peur. Peur d’oublier. Peur que ce qui suive soit moins bien, moins épanouissant, moins réussi. Et puis y’a les conflits et ça c’est le pire. Quand une personne hausse la voix, j’ai toujours les larmes qui montent, toujours. Quand je traverse une période difficile avec quelqu’un qui m’est cher, il m’est impossible de passer outre. Je ne pense plus qu’à ça. Relativiser m’est impossible. L’angoisse envahie mon quotidien et j’ai l’impression d’avoir définitivement perdu cette personne que j’aime tant. Je n’arrive plus à communiquer, à penser à autre chose ou à faire comme si tout allait bien. Et puis en fait, tout rentre dans l’ordre très vite sans que personne n’est vu à quel point cette dispute m’avait affecté. A quelle point ce genre d’évènement remet tout en cause chez moi. J’ai mis du temps a acquérir un peu de confiance en moi et il suffit d’un rien pour tout foutre en l’air et que je me ressente aussi nul qu’il y a quelques années.

Tout ça j’aimerais le cacher, mais je crois que n’importe qui me connaissant pourrait vous le dire : je suis un livre ouvert et on peut lire chacune de mes pensées ou émotions sur mon visage. Malgré moi, je crois que mon corps refuse de garder ce trop plein d’émotions pour lui. Il l’expose au monde entier pour que j’en parle, que ça me libère.

Un autre « symptôme » de l’hypersensibilité c’est de ressentir aussi toutes les émotions des autres et de comprendre très vite ce qu’ils pensent. Et ça aussi je le vis au quotidien. Je me met très facilement à la place des autres, trop peut être. Sauf qu’avec ça, je ressens aussi ce qu’ils ressentent. Alors quand un de mes proche va mal et particulièrement quelqu’un de ma famille, je vais mal. C’est comme ça. J’essaye de mettre des barrières parce que tout ça, ça peux rapidement te bouffer la vie. A force de faire attention à ce que tout le monde ressent, d’agir pour que le monde entier soit combler … C’est oppressant. Je veux le bonheur de mes proches, mais je le veux trop. & tout ça devient de plus en plus nocif pour moi. A trop vouloir contenter tout le monde, on oublie très vite de penser à soi. Alors en ce moment je travaille là dessus : m’éloigner un peu de tous les sentiments des uns et des autres. Ne plus tomber avec ceux qui tombent.

Bref, je ne sais pas trop pourquoi je viens d’écrire tout ça. Peut être parce que j’ai longtemps cru, et surtout ces derniers temps, être dépressive, un peu folle, à tendance bipolaire et finalement je me suis sentie tellement soulagée quand j’ai compris que ce n’était pas ça, que je n’étais pas si différente que ça, qu’il y en avait tout plein d’autre des hypersensibles. Alors si toi aussi tu vis ça, racontes moi tout en commentaire. Parce que j’y connais rien à tout ça, je me suis juste contenté de retranscrire au mieux ce que je ressens parfois. Et je pense que tout ce que je viens de vous raconter doit être assez difficile à comprendre pour tout ceux qui ne vivent pas cela .

Cet article fera surement un peu « tâche » sur un blog de mode, mais tant pis. On est pas que des tenues, un RAL ou une paire de chaussures. Il y a une personnalité aussi qui se cache derrière tout ça et aujourd’hui j’avais envie de vous écrire quelque chose de beaucoup plus personnel. Pas pour me faire plaindre, mon hypersensibilité est loin d’être un tare pour moi, juste pour vous partager mon expérience et savoir si parmi vous, mes petites lectrices il y en a qui traversent la même chose.

J’ai parfois eu honte d’être comme ça, j’en ai souffert, j’ai longtemps voulu cacher tout ça, passer pour la fille forte, changer ce que j’étais et puis un jour j’ai dis merde.  Oui je suis sensible, fragile et parfois même un peu faible mais je le vis bien. Parce que c’est ce qui fait mon identité, parce que finalement y’a pas que des inconvénients à être hypersensible. Parce que j’accepte enfin et surtout parce que j’ai choisis d’être fier de ce que je suis.

Oui, j’suis hypersensible mais je suis heureuse quand même ! Et même heureuse X1000 ;)

Soyez heureuses vous aussi, promis c’est pas si difficile ;)

nothing

15 réflexions sur “Candice, 18 ans, hypersensible. (Mais sinon ça va)

  1. Amandine dit :

    Pourquoi j’ai l’impression que tu écris ma biographie ? Parce-que oui, je suis comme toi et cela fais du bien de lire ces mots et se dire qu’on n’est plus la seule !! C’est d’ailleurs pour ça que je ne rentre jamais en conflit, par peur d’être trop faible ou qu’on me déteste (#faible) ! Je pleure très souvent, des fois pour rien comme faire un trou dans un de mes hauts préféré ^^

    On va se soutenir ;) <3

    Cet article ne fais pas du tout tâche, c'est bien de connaitre encore plus la blogueuse qui se cache derrière cette magnifique tête blonde !!

    Bisous d'amour ma belle candice <3

  2. Brigitte Favre dit :

    Bonsoir Candice, je viens te lire c’est vraiment : magnifique, touchant, pleins de sensibilités, tu es une personne  » merveilleuse » tu as déjà compris énormément de la vie ….. si tu as besoin , je suis prête à t’aider afin de prendre du recule et surtout lâcher prise !
    Belle soirée ma jolie Candice
    Bip

  3. hlenanz dit :

    Tu es trop mignonne.. Je trouve ça très touchant! Ma maman vit également ce que tu vis. Elle a compris cela il y’a seulement quelques mois. Ce n’est pas toujours facile, pour elle, comme pour ses proches. Je ne vais pas étaler sa vie dans un commentaire public mais ce n’est pas toujours facile à gérer… Et je crois que je le suis un peu aussi.. Moins qu’elle, moins que toi, mais je reconnais en moi quelques symptômes d’hypersensibilité !
    Prend soin de toi, c’est le plus important! Je t’embrasse

  4. Dom78 dit :

    bonsoir , je viens de lire votre article , je ressens les mêmes choses que toi et c’est un cardiologue qui m’a dit que j’étais hypersensible , après une visite médicale le médecin de travail s’inquiètait de mon rythme cardiaque et c’est comme ça que j’ai atterri chez le cardiologue enfin bref voilà pour cette découverte !! Alors moi je peux passer du fou rire aux larmes , d’une minute à l’autre ca peut basculer , un mot blessant , une dispute , et je fonds en larmes !! Et pareil que toi , quand quelqu’un va pas bien dans mon entourage je le ressens ou qu’on me reproche quelque chose sans même le dire mais je le vois par le comportement de la personne alors je me sens mal et pleure en cachette aussi des fois !!! Je pars au quart de tour!! Voilà pour mon histoire pour vous dire que vous êtes pas la seule et ca me soulage de savoir que d’autres personnes sont dans le même cas que moi , je pensais des fois que je suis parano et il s’avère que je suis jamais loin de la vérité ! ! Je vois que je papote et que je me suis même pas présentée , moi c’est dominique , 34 ans , d’Alsace j’ai un enfant de 3 ans et j’ai remarqué qu’il est sensible aussi et pleure assez vite pour rien je me dis que c’est de son âge a voir par la suite … Bon courage , je sais que c’est pas toujours évident à vivre …

  5. Laura dit :

    Super bel article ma belle. Comme toi et pas que pendant le traitement je peux passer d’un extrême a l’autre, moi qui étais persuadée que le traitement en était la cause. J’ai donc appris a me détacher aussi des souffrances des autres parfois d’ailleurs j’ai l’impression de ne pas avoir assez de compassion. Je pleure aussi pour des choses bêtes. C’est compliqué de vivre avec ça. Je ne pense pas être hypersensible, mais sache que je te comprends et que je serai toujours la pour toi, et que l’amitié c’est primordial surtout dans les moments de doutes, de remises en question et de choix.

    Gros bisous ma belle

    Laura

  6. albanedeloule dit :

    Merci pour cet article ! Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis ! j’ai toujours été très sensible, lorsque je suis énervée je finis forcément en larme, si je vois un petit animal blessé, c’est la fin du monde, si un de mes amis va mal je suis à bout… je suis hyper contente au moindre petit truc mais à l’inverse je deviens aussi folle de colère si quelqu’un me coupe la route, me pique le goûter que je voulais dans le distributeur etc. Je n’avais jamais vraiment mis de mots là-dessus, pour moi c’était juste mon caractère, jusqu’à ce qu’il y a quelques semaines l’on m’a dise ça à un retour d’entretien et depuis, de plus en plus, je pense que ça doit effectivement être ça !

  7. daoust dit :

    Oh ma can ma grande belle intelligente sensible épanouie Candice!!!! Ta tatie aurait aimé être aussi talentueuse que toi!!! Tes mots tes phrases ton écriture reflètent le personnage que tu es!!! Etbquel magnifique être!!! Bravo bravo bravo je tm

  8. delleliciousMylène dit :

    Je me suis tellement reconnue dans ce que tu dis. Quand j’aime quelque chose, j’aime démesurément. Je souffre énormément du fait que les gens que je cotoie ne soient pas comme moi, parce que eux vivent leur vie avec légèreté et que moi je crève dans mon coin, tant d’envie que de besoin de plus. La légèreté des autres me bouffe parce que j’ai la sensation de réclamer et le pire, c’est quand ils ne comprennent pas ce besoin d’être proche, tout le temps… Et qu’ils te le font savoir ^^
    Je pleure a minima une fois par jour, que ce soit devant un article, une photo, une action… les raisons sont souvent ridicules et ça m’emmerde de pleurer à torrents mais je ne peux pas m’en empêcher.
    Il se passe tellement de choses dans ma tête, je suis tellement influencée par mon environnement, que, comme tu le dis si bien, je peux aller très bien et me renfermer sur moi même dans les minutes qui suivent.
    Je crois que tu m’as donné envie d’en parler moi aussi. Merci pour ça !

  9. Lily dit :

    le plus dur c’est de s’accepter tel qu’on est.
    j’ai trouvé ton article tr!ès touchant et merci de partager ça avec nous, parce que j’imagine que ça n’a pas du être facile.
    Gros bisous

  10. jusdefraises dit :

    Alors pour commencer effectivement je te rassure, tu n’as pas de trouble bipolaire :p
    Je comprend ce que tu peux ressentir et ça doit pas être facile tout les jours. Il faut réssuir à mettre de la distance sur certaines situations, ou même avec certaines personnes et c’est souvent compliqué. Après il y a quelques activités qui peuvent peut être t’aider comme la sophrologie et le yoga qui t’aiderons à contrôler tes émotions. En tout cas c’est un travail à faire sur soi même, si dans la vie quotidienne tu trouves que cela devient trop lourd à gérer !

    C’est un très bel article ma Candice que tu nous partages là, et je suis fière de lire ces lignes et de voir que tu arrives à en parler et surtout d’accepter ça <3

  11. Marjorie dit :

    Avoir l’impression d’être une éponge qui absorbe tout (ambiances, émotions, bruits, etc), que je dois vider en pleurant régulièrement, je connais ;-) Autant je peux être profondément heureuse que le contraire, donc la vie est loin d’être monotone! Ce feu d’artifice d’emotions amene beaucoup de creativite! Avoir aussi l’impression d’être le spectateur d’un théâtre en voyant le jeux des acteurs de notre vie, comme si on voyait les mécanismes de comportements chez les gens, pourquoi ils font si ou ça…déstabilisant et difficile de se centrer sur soi..c’est pourquoi les activités qui nous  »recentre » sont si importantes. Aussi savoir se protéger des gens moins sensibles qui peuvent nous faire beaucoup de mal…Bonne chance à vous toutes, c’est un beau mais parfois difficile cheminement!

  12. Alya dit :

    Salut, je suis tombé sur cette page par hasard, comme toi je suis hypersensible et je viens tout juste d’avoir 18 ans.J’ai toujours ressentis un décalage par rapport aux autres, j’ai deviné très tôt que je ne ressentais pas comme tout le monde.
    A l’école primaire,on m’a vite fait comprendre que mes larmes n’étaient pas les bienvenues mais il m’était bien difficile de les retenir.J’ai toujours eu horreur que mes larmes arrivent lorsque que j’était en public, je redoute toujours ces moments là et j’espère toujours que ne l’on ne me voit pas.Rare sont les personnes qui ont compris que nous sommes tous différents et que ces différences peuvent être aussi au niveau de notre sensibilité et de nos émotions.Je ne suis pas toujours triste il y a des moments où je peux être très heureuse , je vis sur des montagnes russes, ça monte puis ça redescend sans cesse.
    Mais l’année dernière j’ai fait une dépression, et forcément j’ai pris quelques rendez-vous chez le psy, mais en sortant du psy je me sentais toujours encore plus mal, ça ne m’aidait pas du tout au contraire elle m’envoyait de plus en plus dans le trous.Enfin, ma psy avait dit que l’hypersensibilité venait forcément d’un traumatisme de l’enfance…En gros cette psy( je précise cette psy car il y a eu des sujets dont elle a parlé comme ça et dont elle ne savais pas grands chose et qui étaient erronées ) n’acceptait pas ma personnalité et ce n’était pas comme cela qu’elle pouvait m’aider.Je le sais je suis née comme cela et j’ai juste besoin de me faire acceptée comme je suis, mon hypersensibilité fait partie de moi et l’a toujours été.Sinon je ne savais et je ne sais toujours pas pourquoi j’ai fait cette dépression.C’est regardant les vidéos de deux youtuber,toujours de bonne humeur que je suis repartie en meilleure forme pour une nouvelle année scolaire.Même s’il reste encore quelque petites vagues de déprimes j’essaie de m’en sortir.
    Je comprends le fait que tu aies voulue t’exprimer sur ton blog, moi aussi j’avais besoin de m’exprimer, en tout cas ce commentaire m’a fait du bien.

  13. Naima Baccarini dit :

    Je me suis reconnue dans ce que tu as écrit ! Moi aussi je suis une grande hypersensible et je pleure beaucoup, certains ne comprennent pas et pensent que je suis une « chouineuse » alors que non, je ressens tout x1000, comme tu l’as si bien dit
    C’est sympa de voir que je ne suis pas la seule haha. Mais au fond on a de la chance d’être comme ça, c’est tellement bien de se sentir vivant ^^

Envie de laisser un petit commentaire ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s