Lettre à toi, ce moi adulte .

A toi, celle que je serais dans 10 ans. A toi, celle que j’ai tant imaginée et idéalisée.

Je t’écris du haut de mes 19 petites années. Parce que oui, 19 ans c’est long et court à la fois. Long parce que j’en ai vécu des choses pendant tout ce temps. Des belles, des moins belles, des douces et moins douces. Certaines que je veux préserver, ancrer là, dans ma petite tête pour ne jamais oublier. D’autres que j’aimerais envoyer balader, souffler dessus pour qu’elles s’envolent, loin, très loin de moi, tout là haut dans le ciel. Cours parce que finalement tout est passé si vite.

A toi, mon moi futur. Je m’excuse pour tout ce que je t’ai fait subir. Je m’excuse pour cette haine, pour ce dégoût que j’ai trop souvent ressenti envers toi. Je m’excuse de t’avoir traité de la pire des façons possibles, d’une façon dont on oserait traiter personne (même cette pire ennemie qui te traitait de pauvre fille quand t’avais tout juste 10 ans). Je m’excuse de ne pas t’avoir libéré plus tôt. Je m’excuse de t’avoir si longtemps enfermé tout au fond de mon petit corps pour ne pas affronter le regard des gens. De t’avoir trop souvent laisser hiberner, rester spectatrice de ta vie. Tout ça pour quoi ? Pour qui ? Je m’excuse d’avoir eu peur, trop souvent peur. Je m’excuse de ne pas avoir osé vivre pleinement, de ne pas t’avoir laissé faire ce dont tu avais envie quand tu en avais envie. Je m’excuse aussi pour toutes ces chances que je n’ai pas su prendre. Je m’excuse d’avoir si longtemps gardé toutes ces émotions, toutes ces pensées, tous ces sentiments à l’intérieur d’un coffre fort dont la clé était trop bien cachée. Je m’excuse d’avoir été si souvent insatisfaite.

Sache que même si je me suis souvent plaint, je n’en pensais pas un mot, enfin sur le coup si. Mais c’est maintenant que je réalise qu’en fait, ces 19 années elles n’ont pas étés si terribles que ça … Ok, j’avoue elles ont étés carrément cool en fait ! Même si tu t’es senti brisée quand tu as perdu ces gens auxquels tu tenais tant, même si tu n’as jamais vraiment réussi à faire le deuil, à te pardonner de ne pas leur avoir assez dit « je t’aime », ces trois petits mots magiques, de ne jamais l’avoir appelé « papi »… même si tu as beaucoup pleuré (promets moi, que tu l’as gardé et préservé ta part d’hypersensibilité hein ? ça fait parti de toi, ne l’oublie pas … jamais), même si tu t’es trompée parfois, que tu as chuté (un peu trop bas souvent), même si tu as été déçue, même si tu t’es sentie terriblement seule. Ne regrette rien. Tout ça fait de toi ce que tu es aujourd’hui. Une femme forte et épanouie j’espère.

En fait, je crois que je préfère ne pas savoir ce que tu deviens. Si t’es mariée, si t’as réalisé ton rêve d’être maman. Si t’a réussi ta vie, si tu habites cette ville qui te faisait tant rêver à 19 ans, si tu as décroché le job de tes rêves … J’préfère ne pas savoir pour garder la surprise intacte, cette surprise quotidienne qu’est la vie, ce tourbillon plein de paillettes qui t’anime chaque jour. Ce bonheur de ne pas savoir où tu seras demain. Avant, je voulais tout savoir, tout contrôler, tout mener à la baguette. Mais finalement, tu sais quoi, j’préfère laisser faire, fermer les yeux et voir où me mènera le destin.

N’oublie pas toutes ces personnes qui ont toujours été là pour toi. Prend soin d’elles. Reste toujours aussi proche et liée à ta petite famille. Montre leur que tu tiens à eux. Chaque jour. Continue de t’affirmer, t’es sur la bonne voie pour l’instant. N’ai plus honte de ce que tu es. Arrête d’être obsédée par ta peau (et tes pores dilatés). Continue d’Aimer de toutes tes forces. De dire Je t’aime à tout bout de champs. Pleure toujours autant devant les films à l’eau de rose. Vie de ta passion. Réalise tes rêves. Ose dire vraiment ce que tu penses, ce que tu veux. Continue de te poser quarante mille questions sur la vie, son sens … Parce que ça, ça fait parti de toi depuis toujours. Donne. Entoure toi des bonnes personnes. Danse et chante encore et encore. Rêve toujours. Reste dans ton petit monde de Bisounours. Ne te rabaisse plus jamais. Encore moins pour quelqu’un. N’aie pas peur. Fais confiance. Lâche prise. Vis.

Mais s’il te plaît, s’il te plaît, dis moi une chose, une seule petite chose et je pourrai continuer tranquillement mon petit bout de chemin et mener ma petite vie sans avoir peur de demain. Dis moi que finalement ce bonheur, tu l’as trouvé, dis moi qu’il t’enveloppe chaque jour d’un doux nuage de satisfaction, dis moi que j’ai fait les bons choix, dis moi que j’y arriverai. Dis moi que cette période charnière de ma vie aura servi à quelque chose. Dis moi que tu es fière de cette ado un peu fragile que tu as étée. Dis moi qui si s’était à refaire, tu ne changerais rien.

A toi, ce moi que j’ai hâte de rencontrer, j’espère que la vie adulte te fait moins peur maintenant et que finalement t’es pas si déçu d’avoir grandi. J’espère que j’ai su te donner l’adolescence et l’enfance dont tu rêvais. J’espère que tu te souviens de tous ces doux moments, de tout ces rires, de toutes ces soirées (parfois un peu trop arrosées), de ces minous qui comptait tant pour toi, de cette tendre insouciance qui rendait tout plus beau.

Sinon, moi ça va super, j’espère que toi pareil.

A dans 10 ans mon petit moi …

nothing

9 réflexions sur “Lettre à toi, ce moi adulte .

  1. Coco dit :

    Olala, c’est une très belle lettre ! Je suis émue. :) Effectivement, on espère tous qu’un jour on trouvera enfin le bonheur parfait.

Envie de laisser un petit commentaire ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s